Seul le Savoir rend libre.
Nb connecté(s) 3


Le Conseil Constitutionnel a validé la loi. Sa motivation se résume à trois points fondamentaux:

  • 1) le voile intégral constitue un « danger pour la sécurité publique »,
  • 2) il ne répond pas aux « exigences minimales de la vie en société »,
  • 3) il place les femmes « dans une situation d'exclusion et d'infériorité manifestement incompatible avec les principes constitutionnels de liberté et d'égalité »
  • Voile islamique: le silence coupable des femmes françaises.

ARTICLES

ISLAM ET PRÉDICATION

ISLAM ET LA SCIENCE

CONTACT
  • envoi courrier
  • ATCFR

    LES ATTAQUES ISLAMIQUES EN FRANCE

    L'ISLAM ET LES POLITICIENS FRANÇAIS

    OUVRAGES SUR
    L'ISLAM




    Présentation de l'ouvrage


    PROVOCATION STUPIDE

    CARICATURES
    • Visibles sur le
      Blog de Vinz
      cliquez sur l'animation

    LES ACTEURS DE LA RÉFORME DE L'ISLAM

    CONFUSIONS

    DES SITES DE RÉSISTANCE à l'islamisation

    SOS Islam

    Musulmans contre charia

    Web Résistant


    Portail des ex-musulmans orthodoxes.

    SITES ISLAMOPHILES

    Il est important de visiter ces sites animés de prosélytisme.


    Warning: main(clustermaps.htm) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /web/contrelislam/www/effondrement_de_l_islam.php on line 104

    Warning: main() [function.include]: Failed opening 'clustermaps.htm' for inclusion (include_path='.:/usr/php4/pear') in /web/contrelislam/www/effondrement_de_l_islam.php on line 104

    Notes du webmaster:
    Voici encore un texte passionnant qui nous est parvenu au cours d'échanges de mels. L'information continue de circuler à l'abri de la propagande officielle.
    Nous vous le présentons agrémenté de nos commentaires.

    Un universitaire égyptien prédit l’effondrement du monde musulman

    Hélios d'Alexandrie a traduit de l'arabe cet article paru le 1er décembre 2010 dans le journal El Marsad au sujet d'un livre du politologue allemand d'origine égyptienne, Abdel-Samad. Abdel-Samad avait prédit, avant le déclenchement des révolutions arabes, l'effondrement du monde musulman sous le poids d'un islam incapable de prendre le virage de la modernité, et l'immigration massive vers l'Occident qui s'en suivrait.

    L'Occident a intérêt à soutenir les forces laïques et démocratiques dans le monde musulman. Et chez nous, il faut encourager la critique de l'islam au lieu de la réprimer sous prétexte de discours de haine. En apaisant les islamistes et en accommodant leurs demandes obscurantistes dans nos institutions, on ne fait que retarder un processus qui serait salutaire pour les musulmans eux-mêmes, et pour l'humanité. On se comporte comme l'orchestre du Titanic…


    Dans une interview au magazine allemand SPIEGEL le politologue allemand d'origine égyptienne Hamed Abdel-Samad parle de son enfance comme fils d'un imam en Égypte, des raisons pour lesquelles il estime que l'Islam est une menace pour la société et de ses théories sur le déclin inévitable du monde musulman.

    Hamed Abd el Samad [photo], chercheur et professeur d’université résidant en Allemagne, a publié en décembre 2010 un ouvrage qu’il a intitulé «la chute du monde islamique». Dans son livre il pose un diagnostic sans concessions sur l’ampleur de la catastrophe qui frappera le monde islamique au cours des trente prochaines années.

    L’auteur s’attend à ce que cet évènement coïncide avec le tarissement prévisible des puits de pétrole au Moyen-Orient. La désertification progressive contribuerait également au marasme économique tandis qu’on assistera à une exacerbation des nombreux conflits ethniques, religieux et économiques qui ont actuellement cours. Ces désordres s’accompagneront de mouvements massifs de population avec une recrudescence des mouvements migratoires vers l’Occident, particulièrement en direction de l’Europe. Nous avons de beaux jours devant nous..............!!

    Fort de sa connaissance de la réalité du monde islamique, le professeur Abd el Samad en est venu à cette vision pessimiste. L’arriération intellectuelle, l’immobilisme économique et social, le blocage sur les plans religieux et politiques sont d’après lui les causes principales de la catastrophe appréhendée. Ses origines remontent à un millénaire et elle est en lien avec l’incapacité de l’islam d’offrir des réponses nouvelles ou créatives pour le bénéfice de l’humanité en général et pour ses adeptes en particulier.(1)

    À moins d’un miracle ou d’un changement de cap aussi radical que salutaire, Abd el Samad croit que l’effondrement du monde islamique connaîtra son point culminant durant les deux prochaines décennies. L’auteur égyptien a relevé plusieurs éléments lui permettant d’émettre un tel pronostic :

    • Absence de structures économiques assurant un réel développement
    • Absence d’un système éducatif efficace
    • Limitation sévère de la créativité intellectuelle

    Ces déficiences ont fragilisé à l’extrême l’édifice du monde islamique, le prédisposant par conséquent à l’effondrement. Le processus de désintégration comme on l’a vu plus haut a débuté depuis longtemps et on serait rendu actuellement à la phase terminale.

    L’auteur ne ménage pas ses critiques à l’égard des musulmans : «Ils ne cessent de se vanter d’avoir transmis la civilisation grecque et romaine aux Occidentaux, mais s’ils étaient vraiment porteurs de cette civilisation pourquoi ne l’ont-ils pas préservée, valorisée et enrichie afin d’en tirer le meilleur profit ?» Et il pousse le questionnement d’un cran : «Pourquoi les diverses cultures contemporaines se fécondent mutuellement et s’épanouissent tout en se faisant concurrence, alors que la culture islamique demeure pétrifiée et hermétiquement fermée à la culture occidentale qu’elle qualifie et accuse d’être infidèle?» Et il ajoute : «le caractère infidèle de la civilisation occidentale n’empêche pas les musulmans de jouir de ses réalisations et de ses produits, particulièrement dans les domaines scientifiques, technologiques et médicaux. Ils en jouissent sans réaliser qu’ils ont raté le train de la modernité lequel est opéré et conduit par les infidèles sans contribution aucune des musulmans, au point que ces derniers sont devenus un poids mort pour l’Occident et pour l’humanité entière.» L’auteur constate l’impossibilité de réformer l’islam tant que la critique du coran, de ses concepts, de ses principes et de son enseignement demeure tabou ; cet état de fait empêche tout progrès, stérilise la pensée et paralyse toute initiative. S’attaquant indirectement au coran. l’auteur se demande quels changements profonds peut-on s’attendre de la part de populations qui sacralisent des textes figés et stériles et qui continuent de croire qu’ils sont valables pour tous les temps et tous les lieux. Ce blocage n’empêche pas les leaders religieux de répéter avec vantardise et arrogance que les musulmans sont le meilleur de l’humanité, que les non-musulmans sont méprisables et ne méritent pas de vivre ! L’ampleur de la schizophrénie qui affecte l’oumma islamique est remarquable. L’auteur s’interroge : "comment l’élite éclairée dans le monde islamique et arabe saura-t-elle affronter cette réalité ?"

    Malgré le pessimisme qui sévit parmi les penseurs musulmans libéraux, ceux-ci conservent une lueur d’espoir qui les autorise à réclamer qu’une autocritique se fasse dans un premier temps avec franchise, loin du mensonge, de l’hypocrisie, de la dissimulation et de l’orgueil mal placé. Cet effort doit être accompagné de la volonté de se réconcilier avec les autres en reconnaissant et respectant leur supériorité sur le plan civilisationnel et leurs contributions sur les plans scientifiques et technologiques. Le monde islamique doit prendre conscience de sa faiblesse et doit rechercher les causes de son arriération, de son échec et de sa misère en toute franchise afin de trouver un remède à ses maux.(2) Le professeur Abd el Samad ne perçoit aucune solution magique à la situation de l’oumma islamique tant que celle-ci restera attachée à la charia qui asservit, stérilise les esprits, divise le monde entre croyants musulmans et infidèles non-musulmans ; entre dar el islam et dar el harb(les pays islamiques et les pays à conquérir). L’auteur croit qu’il est impossible pour l’oumma islamique de progresser et d’innover avant qu’elle ne se libère de ses démons, de ses complexes, de ses interdits et avant qu’elle ne transforme l’Islam en religion purement spirituelle invitant ses adeptes à une relation personnelle avec le créateur sans interférence de la part de quiconque fusse un prophète, un individu, une institution ou une mafia religieuse dans sa pratique de la religion ou dans sa vie quotidienne.Rédigé le 28/07/2011 dans Chronique d'Hélios d'Alexandrie Poste de veille

    Allemagne : Le politologue Abdel-Samad sur le déclin inévitable du monde musulman; (3)

    Commentaires

    (1) Il faut bien comprendre qu'à l'origine notre combat se porte essentiellement contre une certaine mentalité ou certains comportements qui conduisent au fanatisme. L'asservissemnt des fidèles aux textres sacrés du Coran et des "ahadit" (recueil des paroles du prophète)interdit toute évolution des mentalités, brident l'émancipation des consciences et de ce fait, bloque tout développement intellectuel et toute recherche du savoir. Or il se trouve que la science occidentale moderne découvre de nouvelles propriétés naturelles (physiques) de l'univers qui conduisent les savants à élaborer des théories qui donnent le vertige et qui se rapprochent des savoirs traditionnels ésotériques. Comme par exemple l'incroyable découverte de l'immortalité des électrons qui amène à penser, qu'après la mort organique de nos corps, il doit subsister quelque chose de très subtil mais réel que la tradition ésotérique orientale a toujours évoqué en le nommant "corps éthérique".

    Ce qui est certain, c'est que plus la science démystifie d'anciens phénomènes surnaturels attribués au monde divin, plus le pouvoir des religions sur les âmes, mêmes simples, s'amenuise. Allah n'aurait donc pas les pouvoirs sur les destins des humains que lui accordent les musulmans. Voilà une hypothèse blasphématoire car elle rend chaque individu responsable de ses actes! Un nouveau concept émanant des "ratiocinateurs" laïcs (ou "effaceurs") qui est aux yeux de ces populations soumises et immatures insupportable puisqu'elles ne sont plus sensées obéir à une conscience collective (la Oumma) imposée par un Dieu omnipotent.
    Le risque est le suivant: La Oumma va se recroqueviller sur elle-même, rejeter la culture occidentale, manifester plus radicalement sa foi, et en finale demander la scission dans les territoires occidentaux qu'elle occupe. Un processus inévitable comme cela a eu lieu au Kosovo avec le soutien de l'OTAN.

    (2)Ce qui a été écrit ci-dessus amnène ce commentaire suivant. Il n'y a en effet aucune solution miracle pour que les musulmans s'adaptent aux cultures occidentales. Si une émancipation des consciences musulmanes est certainement envisageable, cela s'étendra sur de nombreuses années, voire des siècles. La vie est cruelle tant il est vrai qu'on ne change pas un "âne en boeuf" (pardonnez l'expression) aussi facilement que le pense une certaine élite occidentale se berçant d'utopie. Le phénomène de repli de la Oumma est inévitable. Un repli communautaire qui génèrera de grandes tensions dans les pays hôtes.

    Le constat est terrifiant. Il existerait bien une solution,O combien utopique, pour tenter d'enrayer le très grave processus de séparation des cultures qui se met peu à peu en place avec la montée lente et inéxorable des mouvements nationalistes. Elle consisterait à inciter le plus humainement possible les populations musulmanes résidant en Europe à retourner dans leurs territoires d'origine où elles pourraient à nouveau vivre leur foi en toute quiètude, à condition, à ne pas s'obstiner, une fois sur place, à reproduire le confort de vie qu'ils avaient trouvé dans les pays occidentaux. De toute façon les pays musulmans, en grande difficulté économique ne sont guère aptes à accueillir un surcroît de bouches à nourrir. C'est au contraire, comme le craint Abdel-Samad, un exode massif des pays musulmans pauvres vers les pays riches qui va arriver.

    (3)Démographiquement, la Oumma croît beaucoup plus rapidement que les populations occidentales. S'il y a déclin du monde musulman, ce ne sera pas sur ce plan là.

    Conclusion
    Ce qui arrive en ce moment et seuls les esprits ouverts qui s'affranchissent des propagandes officielles concernant les avantages de la multiculturalité peuvent s'en rendre compte, c'est qu'on assiste aujourd'hui plutôt à un rejet radical de l'islam ressenti par un nombre croissant de citoyens occidentaux. Ces derniers émettent des craintes quant à la pérennité des souverainetés nationales de leurs cultures laïques à l'intérieur des pays hérités de leurs ancêtres. De plus en plus d'occidentaux, se libérant de la propagande officielle sur les enrichements culturels qu'est censée procurer la diversité, manifestent de surcroît un mépris accentué envers des pratiques religieuses rétrogrades.
    Deux mondes, Orient - Occident, vont-ils bientôt s'affronter dans le sang? C'est notre plus grande crainte.